Mairie de crozet

au coeur de la nature, à deux pas de Genève

Vous êtes ici : Accueil > Le grenier > Thèmes du mois > Orchidées sauvages – spécialistes de la survie

Orchidées sauvages – spécialistes de la survie

août/septembre 2008

  • Mis à jour : 3 octobre 2008

Les prairies sèches de Crozet – dont certaines sont des zones protégées pour leurs valeurs écologiques – cachent des nombreux trésors.

Les orchidées sauvages en font partie.

Contrairement à leurs sœurs exotiques, nos orchidées sont plutôt modestes, leur charme plus discret. Leur beauté se dévoile aux yeux attentifs.

Prenez le temps de les admirer et les photographier sans modération en sachant qu’il est interdit de cueillir ou déterrer ces plantes.
Déterrer une orchidée et l’installer dans son jardin signifie presque toujours la condamner à mourir.

Les orchidées sont des spécialistes de la survie.
Certaines se sont habituées à des terrains extrêmement secs et maigres, d’autres vivent en bordure des ruisseaux.
Les unes se plaisent en plein soleil au milieu des prés, les autres se cachent dans l’ombre des forêts.
Mais chaque espèce a développé une stratégie de survie fascinante.
Certaines vivent en symbiose avec certains champignons terrestres qui garantissent d’abord la germination et puis l’alimentation de la plante.
D’autres utilisent différentes ruses pour la fécondation : comme par exemple se “déguiser” en bourdon ou en mouche pour attirer ces pollinisateurs, ou imiter l’odeur des matières en putréfaction pour “séduire” des insectes spécialisés.

Si vous regardez les photos suivantes, vous apprécieriez la richesse des formes et couleurs. Et oui, il y a même des orchidées plutôt laides pas très agréables à l’oeil, mais aussi fascinantes par leur mode de vie.

S’intéresser à nos orchidées sauvages peut devenir un vrai passe-temps, presque une manie. Plus vous avez l’œil attentif, plus vous trouverez des beaux spécimens. Plus vous reconnaissez des orchidées, plus vous en recherchez pour dénicher l’espèce rare...

Vous voulez faire quelque chose pour que ces beautés ne disparaissent pas ?
C’est simple : parlez-en !
Photographiez-les, montrez les photos.
Sensibilisez les personnes qui vous entourent pour la protection des ces espèces. Trop souvent on ne connait assez son patrimoine et il est nécessaire de se rendre compte que ces trésors sont menacés de la disparition.

Si vous possédez des terrains, des prairies sèches, évitez de les fertiliser. L’engrais peut faire disparaître toute une population d’orchidées et les insecticides tuer les pollinisateurs. Il est aussi conseillé de retarder la fenaison pour permettre aux plantes de fleurir et mûrir.

Et si vous avez un jardin, laissez un coin à la nature (sans engrais, ni insecticides) et vous verrez peut-être un jour un Ophrys abeille ou un Orchis tacheté pointer d’abord ses feuilles et puis ses fleurs.